Manifestation contre le projet d’aéroport à NDL et contre les expulsions

Alors que Jacques Auxiette, président du Syndicat mixte aéroportuaire, et les dirigeants de Vinci ne cessent de pousser les pouvoir publics pour entamer les travaux liés au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, il est important de montrer la vigueur de l’opposition à ce projet archaïque et destructeur. La Gauche Indépendantiste bretonne rejoint donc l’appel du comité nantais contre le projet d’aéroport à manifester le samedi 19 octobre à 14h place Bretagne à Nantes.

Malgré l’ordonnance obtenue par Vinci d’interdire les semis et la culture sur la ZAD, occupants et paysans ont remis en culture plusieurs parcelles début octobre. Cultivons la résistance au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes !

Les autres rassemblements :

Mercredi 16 octobre : Devant les préfectures de Nantes, Rennes, Redon et Vannesà 19h pour la première année après le début des tentatives d’expulsions sur la ZAD
Jeudi 17 octobre : 9h devant le tribunal de Grand Instance de Nantes pour faire appel de l’ordonnance interdisant semis et plantation sur la ZAD.

Vive condamnation de la répression au Pays Basque

La Gauche Indépendantiste condamne vivement les actes de répression de ce jour au Pays Basque sud. Ce matin, la police espagnole, la Guardia Civil et la police autonome basque, la Ertzainza, ont procédé à l’arrestation de 18 membres d’Herrira aux sièges de la plateforme populaire dans les 4 provinces de Biscaye, du Guipuzcoa, de la Navarre et de l’Alava.

 

C’est une attaque contre le peuple basque qu’opère ici l’Etat Espagnol au vu de l’assise populaire de l’association humanitaire oeuvrant pour le respect des droits des prisonniers politiques basques. Faut-il rappeler que 100 000 personnes défilaient en début d’année à l’appel d’Herrira à Bilbao pour le respect des prisonniers basques et leur rapprochement au pays.

C’est une violente attaque contre le processus de paix et de normalisation en construction au Pays Basque où les résultats éléctoraux de la gauche indépendantiste depuis 2012 ont été couronnés de succès historiques aux élections municipales comme parlementaires. Un processus de paix où la question et le rôle des 600 prisonniers politiques est cruciale.

Une attaque où la police autonome basque joue une fois de plus de concert avec la police espagnole en n’apportant comme seule réponse à la mobilisation et la colère populaire que la violence physique en matraquant une sénatrice indépendantiste de la coalition Amaiur, Amalaur Mendizabal.

 

 

Nous apportons solennellement notre solidarité internationaliste et socialiste aux camarades basques victimes de la répression.

 

Congrès de l’ARF en Bretagne … sans attente.

Le Congrès de l’Association des régions de France se tiendra en Bretagne à Nantes les jeudi 19 et vendredi 20 septembre.

Au coeur de ce congrès, il y a évidemment le projet de loi de décentralisation déposé qui fait la navette entre le Sénat et l’assemblée nationale depuis le mois d’avril. Présenté longtemps comme un «acte 3 de la décentralisation», la majeure partie des observateurs et des responsables des collectivité territoriales ont vite déchanté face à cette nouvelle loi.

En effet, en voulant contenter l’ensemble de ses élus, le PSf n’a pas su proposer une vraie réorganisation de l’Etat français pour plus de démocratie locale. La principale résultante de cette loi sera la création de nouvelles métropoles, nouvel échelon du mille-feuille administratif et anti-démocratique de l’Etat centraliste français, accentuant les déséquilibres territoriaux en Bretagne, et éloignant encore plus les bretonnes et les bretons d’un véritable pouvoir de décision sur leur territoire.

L’ARF, même en «regrettant les manques» de la loi Lebranchu, ne reste cependant qu’un outil technocratique aux services des élus régionaux. Et nous alertons d’ailleurs celles et ceux qui au nom d’intérêts particuliers, partisans ou électoraux seraient tenter de ne voir les enjeux auxquels est confrontée la Bretagne par le simple prisme technocratique. Si nous voulons, en Bretagne, créer les éléments qui nous permettrons :

  • De construire et concrétiser l’unité administrative de la Bretagne.
  • D’établir une réelle démocratie bretonne à travers la création d’une assemblée dotée de pouvoirs parlementaires.
  • D’avoir un réel pouvoir et toute latitude en Bretagne pour assurer l’avenir de nos langues, notamment par un statut de co-officialité.
  • De maîtriser notre énergie et de nos ressources afin, notamment, de préserver notre environnement.
  • De contrôler notre économie pour une répartition équitable des richesse et du travail.

Nous ne pourrons nous dispenser d’une démarche unitaire et populaire comme celle entamée par la plateforme «Libérons les énergies en Bretagne». Comme lors du forum Citoyen de Bretagne organisé le 15/06 à Nantes, la Gauche Indépendantiste bretonne, avec ses sympathisants et sympathisantes appellent à s’engager dans cette voie.

BREIZHISTANCE-La Gauche Indépendantiste appelle à participe aux rassemblements de Bretagne Réunie et 44=Breizh devant le palais des congrès jeudi matin de 8h à 10h.

Luttez à nos côtés en pays de Rennes !

La rentrée politique est arrivée ! Les militants de la Gauche Indépendantiste du pays de Rennes vous donnent rendez-vous :

Le mardi 10 mars à l’appel des syndicats pour lutter contre le projet de réforme des retraites. RDV à 11h place la mairie à Rennes.

Le même jour devant le Parlement de Bretagne pour soutenir les paysans occupants la ferme de Bellevue sur les terres du projet d’aéroport inutile de Notre-Dame-des-Landes. Ils seront jugés en appel pour avoir occupés les terres données à Vinci par le PS.

Le mercredi 11 nous irons au tribunal à Nantes à 9h pour soutenir un camarade de la Gauche Indépendantiste jugé pour avoir décroché le drapeau français de la préfescture lors d’une manif contre le projet de construction d’aéroport à NDDL en octobre 2012, et refusé de donner son ADN lors de sa garde-à-vue.

Le jeudi 12 nous vous donnons RDV pour faire notre connaissance à l’occasxion de notre réunion de rentrée du comité local rennais, au bar le « 1675″ à 18h30.

La Gauche Indépendantiste rennaise.

Un nebeud deiziadoù stourm e bro Roazhon.

Erru eo poent an distro..stourm !

Dizalc’hourien an tu-kleiz eus bro-Roazhon a ro emgav deoc’h

D’ar Meurzh 10 a viz Gwengolo evit kemer perzh e emgav ar sindikadou evit enebiñ ouzh ar raktres lezenn a-zivout al leveou da 11e war blasenn an ti-kêr e Roazhon.

D’ar Meurzh 10 a viz Gwengolo dirak parlamant Breizh  e Roazhon evit harpañ ar beizanted dizouar staliet war un dachenn douar (hini atant « Bellevue »)  e Kernitron-al-Lann hag a vo barnet dirak al lezvarn engalv evit bezañ ac’hubet an douar roet gant  ar PS da Vinci a-benn sevel un aerborzh diezhomm.

D’ar Merc’her 11 ez imp da Naoned da 9e evit prosez ur c’hamalad dizalc’hour barnet evit bezañ laeret urt banniel gall ha nac’het reiñ e ADN e miz Here 2012 e-doug ur vanifestadeg a-enep ar raktres aerborzh.

 

D’ar Yaou 12 e roomp emgav deoc’h evit ober anaoudegezh ganeomp en davarn anvet « 1675 » da 6e30 gm evit emvod distro-skol hor c’homite lec’hel.

Notre-Dame-des-Landes : Un jeune indépendantiste au tribunal

 Le mercredi 11 septembre à 9h un jeune militant de la Gauche Indépendantiste et opposant au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes sera jugé en CRPC au tribunal d’instance de Nantes.

Le 27 octobre 2012, au début des tentatives d’expulsion sur la ZAD, il participait à une manifestation de 3000 personnes en soutien aux opposants de Notre-Dame-des-Landes.

En arrivant devant la préfecture la foule s’est massée devant le batiment, celui-ci est alors monté sur la porte d’entrée pour décrocher, sous les applaudissements, un drapeau français. Pour lui, c’est un acte de résistance symbolique face aux CRS et Gardes Mobiles qui occupent alors Notre-Dame-des-Landes. A peine le drapeau tombé par terre, les forces de l’ordre le récupère avant que la manifestation reprenne son cours.

Le 31octobre 2012 au matin, trois policiers se présentent au domicile du militant, et procèdent à une perquisition. Mis en garde à vue, il est emmené au commissariat pour une déposition, où il avoue les faits et dénonce « l’état français destructeur des terres en Bretagne », puis refuse le prélèvement ADN.

Il sera jugé mercredi matin, il est accusé du «vol» du drapeau et risque 15 000 euro d’amende et un an d’emprisonnement pour refus de prélèvement ADN. BREIZHISTANCE appelle toutes celles et ceux qui le pourront à aller le soutenir devant le tribunal. De même nous appelons à soutenir les paysans du réseau COPAIN qui passerons en procès à Rennes le Mardi 10 septembre pour l’occupation de la ferme de Bellevue.

Projection du film « Operacio Garzon » à Rennes

 

Samedi 24 aout sera projeté à Rennes à 19h un documentaire intitulé « Operacio Garzon » relatant la répression contre les militants de la Gauche Indépendantiste radicale Catalane en 1992 , année des jeux olympiques de Barcelone lorsque le PSOE gouvernait l’état espagnol.

Ce film autoproduit par souscription populaire et des organismes de l’entourage politique de la Gauche Indépendantiste des pays Catalans est sorti en 2012 et replace dans le contexte politique de l’époque  l’offensive judiciaire et policière espagnole contre le groupe armé « Terra lliure » mais aussi contre des médias catalans, des partis politiques de gauche sans omettre la pratique de la torture pour extorquer des aveux grace à la loi anti-terroriste.

Cette vaste rafle fut dirigée par le juge anti-terroriste  Baltazar Garzon , présenté par les médias comme un « défenseur des droits de l’homme », et aboutie des années aprés à la condamnation de l’état espagnol à la cour de justice européenne de Strasbourg.

Nous invitons le plus grand nombre à cette projection à  laquelle des militants de la Gauche Indépendantiste catalane interviewés dans ce documentaire ( en catalan sous titré en Français) assisteront et ils/elles répondront à vos questions si vous le souhaitez.

 

C’est une occasion intéressante  pour comprendre le processus de régénération des différents secteurs de la gauche Indépendantiste catalane contemporaine à l’issue de ce cycle répressif pour aboutir à son influence sociale, syndicale, populaire et électorale actuelle.

RDV samedi 24 aout à 19h au bar 1675 44 rue legraverend 35 Roazhon/Rennes (métro Anatole France)

Des militants de la Gauche Indépendantiste ( Breizhistance) du pays de Rennes.

Pour en savoir plus : LLIBERTAT.CAT

Succès du Forum Citoyen de Bretagne

Environ 150 personnes ont assisté au Forum Citoyen de Bretagne organisé par la plateforme « Libérons les Énergies en Bretagne » samedi 15 juin à Nantes. La journée avait commencé par un pique-nique militant sur les bords de Loire organisé par 44=Breizh et installé devant le forum « Pays de la Loire 2040 ». Quatre fourgons de CRS étaient présents… pour le pique-nique !!

Malgré cette présence policière, cette première présentation de la plateforme à Nantes était donc réussie. Surtout nous avons pu assister à des débats pratiques et très intéressants avec la salle.

Une première partie du forum a été prise par la présentation de la plateforme que l’on peut résumer en deux grands thèmes.

  • D’une part des revendications linguistiques : Charte européenne des langues minoritaires, statut de co-officialité de la langue bretonne, télévision publique bretonne émettant au moins 30h/semaine en breton.
  • D’autre part des revendications institutionnelles : Unité territoriale de la Bretagne dans le cadre d’une collectivité unique, une assemblée bretonne nouvelle avec compétences législatives et réglementaires à l’image des parlements Écossais, Catalans, etc …

Anna Gwegen, Jonathan Guillaume et Fañch Oger, ont pris la parole en français et en breton (l’intervenante catalane a de plus été remerciée de sa participation en catalan) pour présenter la démarche initiée par la plateforme. Si ce type de plateforme n’est pas inédite en Bretagne, c’est sans doute la première fois qu’elle rassemble un éventail aussi large d’organisations. C’est la première fois que des associations comme Divyezh ou Ai’ta, pour ne citer qu’elles, mais aussi certaines organisations politiques, assument clairement la revendication d’un parlement pour la Bretagne et d’un statut officiel pour le breton. Il y a donc ici quelque chose de nouveau qui ne peut s’arrêter là !

Jonathan Guillaume, Fañch Oger, Anna Gwegen et Ana Gabriel à la tribune

Dans un deuxième temps Yann Choucq, Naïg Le Gars (qui remplaçait Jean-Pierre Massias pour nous présenter la plateforme basque Batera) et Ana Gabriel représentante catalane de la CUP ont pris la parole.

Yann Choucq, célèbre avocat nantais connu notamment pour être un des fondateurs de Skoazell Vreizh, nous a présenté la situation juridique actuelle concernant les différentes revendications de la plateforme. Si cet exposé entrouvrait certaines possibilités, les échecs de l’Amendement De Rugy-Le Fur ou du statut de co-officialité de la langue corse voté par l’Assemblée Territoriale Corse, mais invalidé par le ministre de l’Intérieur il y a quelques semaines, ont démontré les incapacités des institutions actuelles à répondre à nos attentes démocratiques.

Naïg Le Gars, conseillère régionale UDB, s’est rendu il y a quelques semaines au Pays Basque pour assister aux assises de la plateforme Batera, et ainsi pu nous présenter l’exemple basque qui ne manquera pas d’inspirer les membres de la plateforme « Libérons les énergies en Bretagne ». En organisant en 2010 une votation citoyenne dans 124 commune sur les 159 que comporte le pays basque nord ils ont donné un poids sans précédent à leurs revendications (une collectivité basque, une chambre d’agriculture, la co-officialité de la langue basque, la création d’une université) et construit un rapport de force clairement en leur faveur !

Ana Gabriel, coordinatrice du groupe des députés de la gauche indépendantiste au parlement catalan, a quant à elle présenté l’organisation du référendum d’initiative populaire organisé entre 2009 et 2011 en faveur de l’indépendance de la Catalogne. Dans les 531 communes sur 946 que compte la Généralité de Catalogne, la participation a atteint près de 30%, avec un pourcentage nettement en faveur de l’indépendance (93%) ! La mobilisation populaire induite par la participation à ce referendum purement symbolique, lancé à la base dans et par une seule petite commune de la côte Arenys de Munt, a permis selon Ana Gabriel de placer la question de l’indépendance au centre du jeu politique catalan.

Jonathan Guillaume, Naig Le Gars, Yann Choucq et Ana Gabriel à la tribune

En conclusion, les membres de la plateforme ont clairement présenté l’organisation d’une votation citoyenne comme une possibilité nouvelle d’entrainer une mobilisation populaire autour des points de revendication de la plateforme. La plateforme se réjouit aussi de l’organisation des assises de l’Association des Régions de France en Bretagne, à Nantes, les 19 et 20 septembre. « Assises auxquelles la plateforme ne manquera d’apporter sa contribution » ;-)

Pas de fascisme ni en Bretagne, ni ailleurs !

Le mercredi 5 juin à Paris, notre camarade brestois Clément, militant à l’Action Antifasciste de Paris Banlieue et syndicaliste à Solidaires Etudiant a été assassiné pour ses idées et son engagement par des membres du groupuscule fasciste des JNR (Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires).

Aujourd’hui, les pensées de la Gauche Indépendantiste Bretonne (Breizhistance-IS) vont à sa famille, ses proches et ses camarades de lutte.

Comme toute force politique faisant de la lutte contre l’extrême droite et ses groupuscles fascisants une des priorités de son engagement idéologique et militant, nous dénonceons avec la plus vive colère cet acte odieux.

La multiplication des agressions antifascistes,racistes et homophobes de l’extrême droite  interviennent dans un climat de haine engendré depuis plusieurs mois par  les discours politiques du Front National, des groupuscules fascistes comme de nombre de responsables UMP.

En Bretagne aussi cette extrême droite existe. Celà fait des années que nous alertons sur leurs agissements.  Faut-il rappeller qu’en 2009 à Rennes, un homme avait été tué pour s’être opposé à des individus effectuant le salut hitlérien. En 2011, un militant antifasciste était violemment agressé devant un bar rennais où se tenait une réunion publique du parti Egalité et Réconcialiation, parti notoirement raciste et antisémite. Enfin, dans le contexte actuel de défense des mêmes droits pour tous on ne compte plus les murs de villes bretonnes tagués par des croix gammées et autres insignes nazis, les menaces subies par les militants, les dégradations de lieux fréquentés par les militants antifascistes, les agresssions de journalistes et de camarades.

Suite au rassemblement de ce jour à Rennes, nous appellons nos militant(e)s, sympathisant(e)s, tous ceux et celles pour qui  la différence des droits selon notre genre, notre origine, notre sexualité, nos croyances, notre condition sociale n’a pas de place dans notre société à se joindre en masse à l’appel du collectif antifasciste rennais, demain vendredi 7 juin à 18h30, place du Parlement à Rennes.

 

Pas de fascisme ni en Bretagne, ni ailleurs ! No pasaran !

 

La Gauche Indépendantiste Bretonne (Breizhistance-IS).

Présentation de la plateforme « libérons les énergies en Bretagne ». Forum citoyen de Bretagne à Nantes le 15 juin.

                                                                      
Depuis quelques semaines plusieurs organisations, conscientes des manques démocratiques et structurels à la prochaine réforme sur la décentralisation, se sont réunies pour proposer quatre points primordiaux au débat sur la décentralisation en Bretagne.
Le 4 avril dernier, la Gauche Indépendantiste Bretonne (Breizhistance-IS) a en effet paraphé aux côtés de 8 autres organisations politiques et associations (Ai’ta, Bretagne Réunie, EELV Bretagne, Kevre Breizh, MBP – Mouvement Bretagne et Progrès, Parti Breton, UDB -Union Démocratique Bretonne, 44= Breizh) le manifeste  de la plateforme « Libérons les énergies en Bretagne » .
La plateforme « Libérons les énergies en Bretagne » organisera  le Forum citoyen de Bretagne le samedi 15 juin  à Nantes à partir de 15h à la Maison des Syndicats, 5 place de la Gare de l’Etat.
A l’occasion de ce débat démocratique et citoyen, les organisations signataires invitent la population à venir échanger sur nos 4 revendications majeures : La création d’une assemblée bretonne, la ratification de la Charte des langues minoritaires et la co-officialité des langues de Bretagne, la réunification dans le cadre d’une collectivité unique regroupant la Région Bretagne et le département de Loire-Atlantique,  la création d’un pôle multimédia public en langue bretonne.
Soucieux d’interroger les processus qui donnent sens à la démocratie, le forum proposera également au public d’échanger avec plusieurs intervenants sur divers exemples européens de « votation citoyenne », ou « référendum d’initiative populaire », ayant eu lieu ces dernières années.
Programme de la journée :
- 12h: pique-nique militant organisé par Bretagne Réunie et 44=Breizh, quai Mitterand, face à l’Ecole d’Architecture, sur les bords de Loire, face à l’endroit où se déroulera la « synthèse des ateliers du futur Pays de Loire 2040″. Sur place, grillades, boisson, jeux, tombola, musique.
- 15h : présentation de la plateforme
-15h30:  conférence de représentants internationaux
sur les votations citoyennes 
        – Délégation du Pays Basque de la plateforme Batera* ( votation citoyenne sur la collectivité territoriale)
        - Délégation de Catalogne (votation citoyenne sur l’indépendance).
- Suivi d’un débat.
Pour tous renseignements sur la plateforme « libérons les énergies en Bretagne » galvpondi.net
Correspondant pour le forum citoyen de Nantes, Jonathan Guillaume 06 12 30 67 15